Aujourd’hui, on parle littérature

Aujourd’hui, on parle littérature avec deux romans que j’aime vraiment beaucoup et que j’avais envie de partager avec vous.

Oui c’est la première fois que je vous parle de littérature. Il faut avouer que je n’ai pas trop le temps de lire en temps normal. Mais comme depuis une semaine, j’ai un bras immobilisé… Et bien je le prends ce temps. Et ça tombe bien. J’adore bouquiner.

J’avais envie de vous parler de deux livres que j’ai déjà lu 2 fois et que j’ai pris plaisir à relire une troisième. Une histoire fraîche, drôle, atypique, d’amour mais trop… et accessoirement hyper simple à lire. Je suis sûre que même si les bouquins ne sont pas trop votre truc, vous n’arriverez pas à sortir de ces romans.

Depuis tout à l’heure, je vous parle d’une histoire, de 2 livres. Bon, vous n’êtes pas bêtes. Il s’agit d’un roman et de sa suite. Ouiiii vous aviez compris je le sais ! Je vous connais maintenant ! 

Et si je vous en disais un peu plus au lieu de parler pour ne rien dire comme d’habitude !

Je vais essayer de ne rien vous spoiler quand même. Ça serait idiot. Même si j’ai envie de vous raconter l’histoire en entier tellement elle est bien ! 

Aujourd'hui, on parle littérature
daniel glattauer

Le monde digital nous absorbe de plus en plus. Et Daniel Glattauer (l’auteur, oui vous aviez compris aussi, je sais ) a décidé d’exploiter ce sujet pour son roman « Quand souffle le vent du nord » (paru aux Éditions Grasset en 2010).

Une femme veut résilier un abonnement à un magazine et se trompe d’adresse mail. L’inconnu a qui elle l’envoie lui répond poliment. Fin de l’histoire.

Sauf que quand cette même femme se trompe à nouveau (oui elle ne paraît pas très douée ), une conversation s’entame entre ces 2 personnes.

Ils ne se sont jamais vus, jamais entendu, ils ne savent absolument pas ce à quoi ressemble l’autre. Et pourtant naît entre eux, une grande complicité, une confiance et….

Aujourd'hui, on parle littérature
Photograph by Garry Gay/Alamy

Ah non je ne vous dirais pas la suite.  À vous de la découvrir.

Ce que j’aime dans ces romans? La façon dont ils sont écrits.

Vous vous attendez à voir de longues descriptions des paysages, des lieux, des personnages, des scènes d’amour à la « Arlequin »… Arrêtez vous tout de suite. Le lieu ? Un écran d’ordinateur. Les personnages ? Emmi Rothner et Léo Leike. Et c’est tout !

L’histoire repose sur une relation épistolaire* comme vous l’aurez compris. Elle est donc écrite de cette façon. C’est un peu comme si tous les emails que ces 2 personnes se sont envoyés avaient été imprimé. Voilà ce que vous lirez…. Des emails.

C’est cette façon si particulière d’écriture qui m’a séduite. J’ADORE.

Chaque personnage a son caractère, sa façon de parler, son vécu, son histoire. Ses sentiments, ses habitudes. Ils n’étaient pas faits pour se rencontrer. Ils ne vont pas vivre des choses extraordinaires qui n’arrivent que dans les romans ou dans les films. Non. Ils vivent un quotidien normal. Comme vous et moi. Et c’est ça qui me plaît dans cette histoire.

Oh mince, je viens de finir « La septième Vague » (le deuxième roman) et j’ai déjà envie de les relire !

Je me permets de vous mettre un petit extrait du livre pour vous donner un aperçu un peu plus concret.

Source : www.grasset.fr

Les amis, j’espère que je vous aurais donné un peu envie de lire la suite. Vous pouvez trouver ces deux romans en librairie et sur internet. Je vous mets le lien direct vers la maison d’édition. Ils existent en version digitale à promener avec soi, dans le bus, le train … Ou aux toilettes  comme vous voulez hein ! 

 

Je vous embrasse fort. Moi je retourne me plonger dans un des bouquins de Guillaume Musso, « Demain ».

Qui sait, je vous en parlerais peut-être dans un prochain article 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*épistolaire : correspondance par lettres (à l’écrit)

Laisser un commentaire