Le consentement, vos témoignages

J’ai reçu pas mal de mails en réaction à mon dernier article. Tellement, que je me suis dit…. “Il faut que je les publie !” Le consentement, ça concerne tout le monde. Voici vos témoignages… 

 

Je n’avais que cinq ans…

 

“Kay,

Ton article m’a touché. J’en ai même pleuré. Tu nous invites toujours à t’envoyer des messages ou laisser un commentaire. Je n’ai jamais pris le temps de le faire mais cette fois, si.

J’ai vécu une histoire comme celle que tu décris dans ton article. Mais avec mon grand-frère. Il avait 16 ans et moi 5. Je comprends maintenant qu’à cet âge, le sexe le préoccupait. Pas moi tu t’en doutes. Mais c’était mon grand-frère. Je l’aimais plus que tout. Il me protégeait toujours. Je ne me souviens pas de tout parce que j’étais petite mais je me souviens de la première fois. Je n’ai jamais connu une si forte douleur. J’en ai les larmes aux yeux en t’écrivant.

Je n’ai rien dit pendant très longtemps. Ça a duré 3 ans. Jusqu’à ce qu’il déménage. Et puis, quand j’ai eu 14 ans, il est venu en week-end chez mes parents. Il était avec sa fiancée. J’avais compris à cette époque-là que ce qu’il m’avait fait c’était mal. Il est venu dans ma chambre en pleine nuit pour recommencer. Cette fois, j’ai crié, je l’ai frappé. J’ai couru voir mes parents et je leur ai tout raconté.

J’ai eu de la chance parce qu’ils m’ont cru. Je n’ai pas porté plainte parce que c’est mon frère. Mais depuis ce jour-là, il n’est plus le bienvenu dans ma famille. On a plus de nouvelles de lui. Il a voulu me rajouter sur facebook, je l’ai bloqué.

J’y pense souvent. Je ne sais pas si un jour, j’oublierai ou si je n’y penserai plus. Je n’ai jamais eu d’autres relations sexuelles. Je suis bloquée. J’ai peur.

Merci de parler de tout ça. On se sent moins seule quand on voit tous ces gens qui réagissent. […] “

( J. 20 ans)

 

J’ai eu 3 enfants…

 

“Bonjour kay, ton article fait du bien.

Effectivement, c’est dur de dire non des fois, surtout quand c’est ton mari. Je suis restée 15 ans avec lui.

Quand on a eu notre premier enfant, les médecins m’ont dit qu’il fallait que j’attende quelques semaines avant de pouvoir refaire l’amour. Mon mari n’a pas voulu attendre. J’avais beau lui dire non, lui expliquer et tout, il insistait et il me touchait. Il me forçait à lui faire des trucs. Je te passe les détails, tu comprends, je pense.

Je suis tombée enceinte presque tout de suite après mon premier. Et il a recommencé après la naissance du deuxième. Et je suis encore tombée enceinte en retour de couche. Encore une fois, il a recommencé.

J’étais dégoûtée, il avait toujours un regard bizarre quand il me touchait et tout. Je crois qu’il aimait me faire mal. Après mes 3 grossesses, j’ai demandé en secret à mon médecin de me mettre un implant pour ne plus avoir d’enfants. Mon mari a continué à être brutal jusqu’au jour où il m’a frappé pendant qu’on faisait l’amour. Enfin faire l’amour est un grand mot. C’est plutôt pendant qu’il baisait. Pardon c’est vulgaire mais c’est ça…

J’ai pris mes 3 petits le lendemain et je suis partie. J’ai raconté mon histoire à une assistante sociale et un médecin et ils m’ont expliqué que c’était du viol. Je n’avais pas pris conscience.

J’ai divorcé et je me suis occupée de mes enfants toute seule. Il a tout simplement arrêté de venir voir les petits. Il a refait sa vie.

Moi j’ai mis longtemps avant de retrouver quelqu’un. Avec des enfants, c’est pas facile mais en plus, j’avais toujours en tête ce que mon ex mari m’avait fait. […] “

( M. 42 ans )

 

Trop peur de me retrouver à la rue…

 

“[…] C’était mon premier appartement. J’avais un tout petit salaire je devais faire super attention à mon budget. J’ai réussi à trouver un appart pas cher. Mes parents sont venus le visiter avec moi, ils ont rencontré le propriétaire. Tout s’est bien passé pendant quelques mois.

Et puis, j’ai perdu mon travail. La grosse galère. Pas de chômage, pas d’aides parce que je n’avais pas 25 ans et pas d’enfants… Enfin la vraie galère.

Je suis allée voir mon propriétaire pour lui expliquer que je devais lui rendre l’appartement. Je n’ai pas eu le temps de lui expliquer quoi que ce soit de plus que son regard et sa posture ont changé. Genre tu sais, il prend la confiance. Il m’a dit qu’on pouvait s’arranger. Je n’ai pas compris tout de suite. Je pensais qu’il accepterait que je le paye en retard quoi.

Je cherchais du travail à fond et un soir, il est venu me voir. Il m’a dit qu’il était temps de payer et il a ouvert son pantalon. T’imagine même pas tout ce qui est passé dans ma tête. Je me suis demandée comment je m’étais retrouvée dans cette situation. Mais je ne pouvais pas faire demi-tour.

Je l’ai laissé faire. Il est parti mais il a laissé 50 euros sur ma table. Je me suis sentie tellement mal.

Il est revenu une semaine après. Et il a recommencé. Ça a duré 2 mois. Je ne voulais pas mais j’avais besoin de cet argent pour vivre… Maintenant je comprends les prostituées. J’en étais une en fait.

J’ai retrouvé un travail. J’ai payé mon loyer normalement. Mais le proprio est revenu. Il m’a dit qu si je ne continuais pas, il me mettrait dehors. J’avais trop peur de me retrouver à la rue. Parce que je ne trouvais pas d’autres apparts dans mes prix.

Au bout d’un an et demi, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai quitté cet appartement. Je suis retournée chez mes parents. Depuis j’ai repris un appartement. Je suis passée par agence et mes propriétaires vivent à l’autre bout de la France.  […] “

( F. 26 ans )

 

Je commence à avoir du mal à continuer cet article… J’essaie de bien choisir les témoignages. Certains sont très… TRÈS durs… Une jeune femme m’a écrit pour me raconter que son petit ami abusait d’elle, et qu’il la frappait. Qu’elle en a parlé à son patron parce qu’elle est proche de lui. Un jour, elle a pleuré dans ses bras. Il a pris ça pour des avances et il l’a violé. Je ne sais pas comment réagir face à ce genre de situations. Quoi répondre ?!? …

 

Je ne pensais pas que c’était possible…

 

“Bonjour, je pense que tu n’aura pas beaucoup d’histoires comme la mienne. Tu comprendras à la fin de mon message…

Je suis resté 3 ans avec cette personne.

Tu sais au début, la passion et tout. Tu as tout le temps envie de la personne avec qui tu es, c’est un peu le feu au lit etc… Mais au bout d’un an, les choses se calment un peu. Sauf que cette personne ne se calmait pas. Bon ok, c’est cool.

J’ai changé de taf. J’ai eu un poste avec des plus grosses responsabilités et plus d’heures aussi. Donc moins de temps pour mon couple. Du coup, je lui ai proposé de prendre un appart ensemble. Comme ça on était ensemble tous les soirs. Cette personne a accepté. On a déménagé, au début c’était cool. J’étais fatigué le soir mais il fallait qu’on fasse l’amour tous les soirs. Sinon la personne qui partageait ma vie prenait ça comme un rejet… Comme si je ne l’aimais plus ou que j’allais voir ailleurs.

Plus le temps passait, plus j’étais fatigué. Impossible de lui dire non. J’avais le droit à des menaces de suicide si je disais non. Des crises… Je savais que ça durerait des heures… Du coup, je disais oui. Ça durait moins longtemps lol

Et puis au bout de 2 ans et demi, un matin, après une nuit de “lutte” avec cette personne, je suis arrivé au travail et je suis tombé raide. Pompiers, hôpital… Ils m’ont dit que je devais faire une cure de sommeil et éviter le surmenage. Il fallait que je me repose et que je ne fasse plus rien. Difficile d’expliquer à mes amis que j’ai fait un burn out parce que la personne avec qui je vis n’accepte pas que qu’on ne fasse pas l’amour tous les jours, plusieurs fois par jour.

Quand je suis rentré de l’hôpital, je lui ai expliqué que je n’avais médicalement plus le droit. Ça a été la plus grosse crise que je n’avais jamais vécu. Je me suis endormi d’épuisement dans le canapé. Je me suis réveillé le matin, je n’avais plus de pantalon ni de sous-vêtements. J’avais des médicaments pour dormir. Ça plus la fatigue, je ne me serai pas réveillé même si une bombe avait explosé à côté de moi !

Sauf que chaque matin, je me réveillais à moitié nu. Un soir, je n’ai pas pris mes médicaments et j’ai fait semblant de dormir. Ce que je redoutais était vrai. Cette personne, que j’aimais, à qui je faisais confiance, me violait pendant mon sommeil…

Je te passe la suite de la nuit…

Je l’ai quitté…

Tu as dû comprendre… Je suis resté 3 ans avec une Femme qui m’a violé pendant 3 mois dans mon sommeil et qui m’a fait du chantage au suicide pendant 2 ans et demi si je ne couchais pas avec elle…

Non ça n’arrive pas qu’aux Femmes. J’ai eu honte. J’ai eu du mal à en parler. Mais quand j’ai raconté mon histoire, les gens ont carrément halluciné !

Merci d’avoir précisé que les Hommes aussi peuvent être victimes de viols. Continue de parler de tout ça à ton fils. C’est tellement important. […] “

( B. 29 ans )

 

Les amis, merci pour ces témoignages. Merci ces dizaines de messages que vous m’avez envoyé. Merci pour votre confiance.

Ne restez pas dans le silence. VOUS êtes les victimes !!! N’ayez pas honte. 

PARLEZ !!!

 

Le consentement concerne tout le monde. Mais c’est quoi le consentement au juste ? > Qui ne dit rien consent ! (Qu’est ce qu’est le consentement.)

Pour que tout cela cesse, partagez ces articles, parlez, réagissez… Ensemble nous serons plus forts !

témoignages

 

Envoyer un message

Comments

3 comments so far.

  • Célia Reply

    Oh mon Dieu, j’ai vraiment failli éclater en sanglot pendant que je lisais ces témoignages. On oublie vraiment trop souvent que ce genre de choses puissent arriver, il m’est arrivé d’être harcelée sexuellement une fois aussi, j’ai eu tellement peur, heureusement ces deux garçons n’ont pas pu aller au bout de ce qu’ils comptait faire. J’étais dans la voiture de la mère à une amie, nous avions ramenés deux mecs qui sortaient de boîtes comme nous, puisqu’ils habitaient près de chez nous. J’ai eu la malchance de m’être mise derrière dans la voiture, entre ces deux garçons. Sous le prétexte que j’étais en robe, un de ces garçons a commencé à me toucher, puis le deuxième. Je n’ai rien dit, j’ai attendu qu’on les dépose. Ca a été les 5 ou 10mn les plus longues de ma vie. J’ai éclaté en sanglot dans la voiture quand ils sont partis, j’ai eu peur qu’ils s’en prenne à mon amie et à sa mère devant moi…
    C’est traumatisant, peut être pas autant que ces témoignages, aujourd’hui je n’y pense presque plus, mais ça m’a rappelée cette expérience…
    Courage à toutes et tous ceux qui ont vécu ces traumatismes. Je ne peux que vous dire d’être fort, et de vivre. De passer cette douleur en ayant des moments bien plus beaux, d’aimer et de continuer à aimer. Car ces moments vous feront passer la douleur, même si on se rappelle.
    Des bisous, bravo pour cet article, bravo à ceux qui ont témoignés.

    • Kay Reply

      Tu sais, il n’y a pas de “grade” dans la douleur suite à ce genre d’expériences. Ce que tu as vécu est choquant aussi.
      Chacun gère le “après” à sa manière.
      Bravo à toi aussi d’avoir témoigné.
      <3

  • bienamicalementvotre Reply

    on sait que ce genre de choses horribles arrivent mais c’est tellement fort de le voir ecrit noir sur blanc…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Entrez dans mon monde !

Faites vous aussi partie de la grande famille du Petit Monde de Kay ! Recevez chaque article par email avant tout le monde, des contenus exclusifs chaque mois... Des concours vous seront aussi réservés !
VIP

© Copyright     •     Site réalisé par Rhéaliss Digital     •     Mentions Légales (RGPD)

error: Ce contenu est protégé
%d blogueurs aiment cette page :

Bienvenue sur Le Petit Monde de Kay. En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer